AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 IV. La Camarilla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


En ville depuis le : 27/03/2010
Gouttes de sang : 87
Contrôle de la Bête : 3407


MessageSujet: IV. La Camarilla   Mar 12 Juin - 5:41


La Camarilla

La Camarilla, la plus vaste secte de vampire existante, a en charge la Mascarade, et espère ainsi sauvegarder la place des vampires dans les nuits modernes. La Camarilla est une société ouverte, qui proclame que tous les vampires en sont membres, qu’ils le désirent ou non, et que n’importe quel vampire peut y adhérer, quel que soit son lignage.

La secte organise des rencontres de représentants des clans actifs, ces assemblées étant appelées synodes. Elle organise régulièrement des conclaves, ouverts à tous les membres de la secte, pour discuter des affaires importantes. Bien que la Camarilla soit la secte la plus importante, à peine plus de la moitié des treize clans y participent activement, car si la Camarilla affirme accepter en son sein tous les vampires qui le souhaitent quelle que soit leur lignée, l’immense majorité appartient aux clans fondateurs. Ce sont leurs membres qui ont fondé la secte, et seuls ces clans constituent le Cercle Intérieur, gouvernement de la Camarilla. Des vampires d’autres lignées peuvent participer aux réunions, mais leurs voix sont rarement entendues.

Suivant l’histoire souvent contradictoire de la Famille, la Camarilla a vu le jour après la grande révolte Anarch, au XVe siècle. Les vampires du Clan Ventrue prétendent avec force être les instruments de la création de la secte, et que, de ce fait, de nombreux vampires leur doivent la non-vie. Avec le passage de conseil de prudence à règle impérative de la Tradition de la Mascarade, les vampires avaient un moyen de combattre l’Inquisition, une institution de l’Église chargée de la destruction des créatures surnaturelles. Au cours des années, la secte a tenté d’étendre son emprise sur d’autres aspects de la vie des vampires, mais à chaque fois elle s’est fait rappeler à l’ordre pour son insolence. Finalement, et aujourd’hui encore, l’influence de la Camarilla se limite au respect de la Mascarade et à la coexistence des vampires et des humains.

Clans
Brujah † Gangrel † Malkavien † Toréador † Tremere † Ventrue




Dernière édition par Alex Carter le Mar 12 Juin - 14:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


En ville depuis le : 27/03/2010
Gouttes de sang : 87
Contrôle de la Bête : 3407


MessageSujet: Re: IV. La Camarilla   Mar 12 Juin - 5:41


Brujah

Selon leur histoire, les Brujahs étaient autrefois les rois philosophes de la Mésopotamie, de la Perse et de Babylone. Ils contrôlaient un empire s’étendant du berceau de la civilisation au nord de l’Afrique, et accumulèrent des connaissances du monde entier. Dans leur recherche de liberté et d’illumination, ils tuèrent leur fondateur. Pour cela, Caïn les chassa de la Première Cité. Depuis, les Brujahs ont connu un déclin inéluctable.

Le clan Brujah est essentiellement composé de rebelles, avec ou sans cause. Individualistes, démonstratifs et turbulents, ils se sentent très concernés par les changements sociaux, et le clan compte en son sein certain des vampires les plus violents de la Camarilla. La plupart des autres vampires considèrent les Brujahs comme des punks et des mécréants, mais la vérité est que leur comportement est nourri par de véritables passions, passions qu’ils défendent avec force et fureur. Le clan prétend avoir une longue histoire de guerriers poètes, et a adapté ce concept à la nuit moderne : nombre d’entre eux sont heureux de pouvoir exposer leurs pensées, avant de se laisser aller à quelques destructions pour illustrer leur propos.

Les Brujahs comptent sur leur comportement chaotique et brutal pour imposer leur point de vue, et la Racaille dispose donc d’une certaine liberté que n’ont pas les autres clans. En fait, on attend presque des Brujahs qu’ils se montrent incohérents et belliqueux. Ce cliché est utilisé avec succès par de nombreux beaux parleurs du clan, qui n’ont alors pas besoin d’employer la force pour faire valoir leur point de vue. Ils sont néanmoins respectés au sein de la Camarilla pour leurs qualités martiales, faisant d’eux le bras armé de la Camarilla.

Disciplines
− Célérité
− Puissance
− Présence
Antécédents
Les Brujahs préfèrent ceux qui aiment les changements d’une manière ou d’une autre, et ils recrutent souvent dans les campus, les groupes politiques et les minorités opprimées. Les jeunes Brujahs peuvent posséder n’importe quel type d’historique et ont souvent une cause personnelle de première importance. Les dissidents de toutes espèces trouvent leur place parmi les Brujahs. C’est une des raisons pour lesquelles le clan est si désorganisé : la haine entre Brujahs est souvent plus forte que celle pour les ennemis communs.
Sectes
La rhétorique mise à part, la plupart des Brujahs sont membres de la Camarilla.

Faiblesses
La passion dévorante est à la fois une bénédiction et la malédiction des Brujahs. S’ils sont rapides à embrasser une cause, ils sont également prompts à la frénésie. Bien sûr, les Brujahs démentent avec force ce penchant pour l’excitation, et deviennent rapidement hostiles lorsque le sujet apparaît dans la conversation.



Dernière édition par Alex Carter le Mar 12 Juin - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


En ville depuis le : 27/03/2010
Gouttes de sang : 87
Contrôle de la Bête : 3407


MessageSujet: Re: IV. La Camarilla   Mar 12 Juin - 5:41


Gangrel

De tous les vampires, les Gangrels sont sans doute les plus proches de leur véritable nature. Ces nomades solitaires rejettent les contraintes de la société, préférant le confort des étendues sauvages. Comment ils échappent aux griffes des loups-garous, c’est un mystère ; peut-être y a-t-il un rapport avec le fait que les Gangrels sont également des métamorphes. Lorsqu’un mortel parle d’un vampire qui s’est transformé en loup ou en chauve-souris, il s’agit certainement d’un Gangrel.

Les Gangrels sont de féroces guerriers, mais leur férocité n’est pas causée par une rage anarchique, mais par l’instinct animal. Ils sont parmi les plus prédateurs des vampires, et aiment à s’abandonner au frisson de la chasse. Ils ont une compréhension intime de la Bête dans leur âme, et ils préfèrent passer leurs nuits en communion avec l’animal dont ils sont si proches. Lorsqu’ils sont pris de frénésie, des caractéristiques animales apparaissent souvent sur leur corps.

Le clan lui-même entretient peu de contact avec le reste des vampires. On peut supposer qu’ils veulent éviter les pièges du Jyhad, mais il s’agit plus certainement d’un total désintérêt. Les Gangrels sont unanimement considérés comme calmes, taciturnes et impénétrables. Ils sont très liés aux gitans, et ont adopté en grande partie leur façon de parler. Selon la rumeur, les gitans seraient les descendants du vampire fondateur du clan Gangrel. Et donc, toujours selon la rumeur, un vampire qui blesserait un gitan ou lui donnerait l’Étreinte subirait la colère de l’Aïeul. Le clan Ravnos méprise visiblement cet interdit, et Ravnos et Gangrels se haïssent depuis la nuit des temps.

Disciplines
− Animalisme
− Endurance
− Protéisme
Antécédents
Les Gangrels préfèrent donner l’Étreinte aux exclus, ceux qui ont la résistance physique et émotionnelle suffisante pour supporter le choc du changement. L’enseignement du sire est court, rude et violent. La plupart des Gangrels doivent découvrir par eux-mêmes les mystères de la non-vie.
Sectes
Le clan Gangrel fait théoriquement partie de la Camarilla, bien qu’une importante partie appartienne au Sabbat. Ils ne semblent soutenir la Camarilla que parce qu’elle intervient moins dans leur existence que le Sabbat. La plupart des Gangrels se moquent des sectes. Certains d’entre eux pensent que l’indépendance serait préférable à leur engagement symbolique dans la Camarilla, et l’adhésion du clan à la secte pourrait être remise en cause dans le futur.

Faiblesses
Les Gangrels sont très proches de la Bête ; lorsqu’ils y succombent, celle-ci laisse sa marque sur leur corps. Chaque fois qu’un Gangrel est pris de frénésie, il reçoit une caractéristique animale. Il peut s’agir d’oreilles velues, de fourrure, d’une queue, d’yeux de chat, de défenses, d’une voix sifflante, voire même des écailles ou des plumes.



Dernière édition par Alex Carter le Mar 12 Juin - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


En ville depuis le : 27/03/2010
Gouttes de sang : 87
Contrôle de la Bête : 3407


MessageSujet: Re: IV. La Camarilla   Mar 12 Juin - 5:41


Malkavien

Même les autre Damnés craignent les Malkaviens. Le sang maudit de ce clan a corrompu leur esprit, avec pour résultat de rendre dément jusqu’au dernier de ses membres. Et la folie d’un Malkavien peut prendre n’importe quelle forme, de la rage meurtrière aveugle à la catatonie. Dans de nombreux cas, il est impossible de distinguer un Malkavien des membres ‘sains’ des autres clans. Les rares dont la psychose est immédiatement visible font partie des vampires les plus terrifiants à hanter les rues.

Aussi loin que se souvienne le plus ancien vampire, les Malkaviens ont toujours marqué la société des vampires. Bien que le clan n'ait provoqué aucune grande guerre ou pris sous sa coupe aucun gouvernement de mortels, la simple présence des Malkaviens dans une ville y entraîne des changements subtiles. Le chaos suinte de l’âme des Déments, et ceux qui ont des rapports même amicaux avec eux voient leur non-vie altérée par la folie.

Personne ne peut dire ce qui rend les Déments si dangereux. Certainement, leur folie les libère parfois de la peur de la douleur ou de la Mort Ultime ; plus d’un s’est montré ravagé par des pulsions meurtrières ou dénué totalement d’émotions, dont la compassion. Cette liberté est accompagnée d’une perspicacité inexplicable, d’une sagesse étrange imperceptible pour les êtres sains. Les Malkaviens possède un sombre intellect qui est parfois, et de plus en plus, dirigé vers d’effrayants objectifs.

Disciplines
− Augure
− Aliénation
− Occultation
Antécédents
Les Malkaviens choisissent leurs infants dans toutes les catégories de mortels et pour toutes sortes de raison. N’importe qui peut être choisi pour accomplir les objectifs insensés d’un sire, bien que la plupart des Déments préfèrent donner l’Étreinte aux mortels déjà proches de la folie ou carrément atteints. La plupart des autres vampires croient que les Malkaviens étreignent leurs infants sur une simple impulsion ; toutefois, quasiment tous les Malkaviens se sont découverts investis d’une ‘mission’ à peine décelable, mission dont l’étendue réelle n’est connue de personne, pas même de leur sire.
Sectes
Les Malkaviens en tant que clan on une certaine… compréhension de la Camarilla. Ils sont également membres du Sabbat, dans une moindre mesure, chez qui leurs comportements psychotiques épouvantent les compagnons de meute. Mais en fin de compte, leur loyauté véritable semble s’affranchir des sectes. Lorsque la Géhenne viendra, personne ne pourra dire où se tiendront les Malkaviens.

Faiblesses
Tout vampire du sang de Malkav est irrémédiablement aliéné, d’une façon ou d’une autre. Certains attribuent cela à une malédiction du sang, tandis que d’autres Déments l’appellent bénédiction, don de clairvoyance.



Dernière édition par Alex Carter le Mar 12 Juin - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


En ville depuis le : 27/03/2010
Gouttes de sang : 87
Contrôle de la Bête : 3407


MessageSujet: Re: IV. La Camarilla   Mar 12 Juin - 5:42


Toréador

Suivant les individus et leurs humeurs, les Toréadors sont alternativement élégants et tape-à-l’œil, brillants et agaçants, visionnaires et dissipés. Le seul truisme applicable au clan est peut-être le zèle esthétique de ses membres. Quoi que fasse un Toréador, il le fait avec passion. Quel que soit un Toréador, il l’est avec passion. Pour eux, la vie éternelle doit être savourée. Nombre d’entre eux étaient artistes, musiciens ou poètes de leur vivant. Les Toréadors se considèrent comme les cultivateurs de ce qui est le mieux pour l’humanité. Le clan a inclus dans ses rangs quelques uns des plus grands artistes de l’humanité. Bien sûr, il faut également préciser à propos du clan que jamais deux de ses membres ne sont d’accord sur le sens de ‘doué’, ‘talentueux’ ou ‘inspiré’.

De tous les clans, les Toréadors sont les vampires qui entretiennent le plus de relations avec le monde des mortels, se mêlant volontiers et sans effort à la société, goûtant les saveurs de chaque époque avec la gourmandise d’un amateur. Ils sont également les vampires les plus enclins à tomber amoureux d’un mortel, et ils s’entourent des choses les plus élégantes et les plus luxueuses. Les Toréadors savent que leur rôle est de captiver et d’inspirer les autres, avec leurs belles paroles, leur comportement gracieux et leur existence simple et élégante. Un Toréador qui succombe à l'ennui est souvent tragique : échangeant sa recherche esthétique contre un hédonisme sans âme, il devient un sybarite décadent, ne s'intéressant plus qu'à ses caprices et ses vices.

Disciplines
−Augure
−Célérité
−Puissance
Antécédents
Un large éventail de concepts s’offre aux Toréadors, depuis les artistes torturés solitaires jusqu’aux VIP débauchés. Certains ont reçu l’Étreinte sans autre raison que leur beauté ou leur style, un sire passionné ayant décidé qu’ils devaient être préservés pour l’éternité.
Sectes
La plupart des Toréadors sont dans la Camarilla, car seule cette auguste organisation promeut la « culture » et permet aux Toréadors de vivre comme ils aiment parmi les mortels. Ceux qui appartiennent au Sabbat ont d’étrange passe-temps « artistiques », comme la torture et la peinture au sang, ou sont à la tête des mouvements underground les plus décadents.

Faiblesses
Les Toréadors sont constamment concernés par la beauté et l’esthétisme, mais cette sensibilité peut être dangereuse. Lorsqu’un Toréador voit, entend ou même sent quelque chose de vraiment beau, il court le risque d’être transporté par la sensation. Le Toréador reste alors fasciné pour la durée de la scène ou jusqu’à disparition du spectacle. Un Toréador ainsi transporté ne peut rien faire, pas même se défendre en cas d’attaque, quoiqu’une blessure ait de faibles probabilités de rompre le charme.



Dernière édition par Alex Carter le Mar 12 Juin - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


En ville depuis le : 27/03/2010
Gouttes de sang : 87
Contrôle de la Bête : 3407


MessageSujet: Re: IV. La Camarilla   Mar 12 Juin - 5:42


Tremere

Qu’ils soient craints, considérés avec défiance, respectés ou insultés, les vampires reclus du clan Tremere ne laissent jamais indifférents. Ceux qui ont entendu parler des réalisations de ce clan sont invariablement méfiants, et avec raison : les Sorciers portent bien leur nom. Par leur propres artifices, les Tremeres ont développé une forme de sorcellerie vampirique qui, associée à des rituels et des sorts, est aussi puissante, sinon d’avantage, que tout autre pouvoir du Sang. Ajouté à la hiérarchie rigide du clan et à l’ambition dévorante commune parmi les Sorciers, ce pouvoir est un problème crucial pour ceux qui savent ce dont les Tremeres sont capables.

Selon certains ouvrages de vampires, les Tremeres ont formé un clan très récemment, selon les standards des immortels. La légende raconte que, durant le Moyen-Âge, une cabale de magiciens humains entreprit un grand rituel sur le corps inconscient d’un Antédiluvien, et en a retiré le don de vampirisme. La guerre s’ensuivit rapidement, le clan nouvellement créé fut assailli de toutes parts par les autres vampires fous de rage. Mais les Tremeres sont avant tout des survivants.

Les Tremers sont des vampires du Vieux Monde, mais ont essaimé à travers toute la Terre. Le siège du pouvoir se trouve à Vienne, où les anciens Tremeres se réunissent en conseil et discutent de l’avenir du clan. Mais de nombreuses autres grandes villes à travers le globe accueillent des « fondations », des maisons très bien défendues, qui sont à la fois des universités, des monastères et des forteresses.

Disciplines
−Augure
−Domination
−Obténébration
Antécédents
Des nombreux Tremeres se sont investis de leur vivant dans l’occultisme ou la recherche. Toutefois, une fascination pour l’inconnu est largement insuffisante pour attirer l’attention d’un Sorcier. Les membres du clan recherchent des « apprentis » de nature agressive et à l’esprit clair, et font peu de cas des illuminés du New Age. Le clan a également une tradition non-dite de sexisme, et la plupart de ses anciens sont mâles. Les acolytes Tremeres sont nettement plus ouverts, et de nombreux acolytes ambitieux et opiniâtres appartiennent aujourd’hui aux deux sexes.
Sectes
Les Tremeres furent plus qu’heureux de rejoindre la Camarilla naissante, et ils s’y sont rapidement rendus indispensables. En effet, les Tremeres sont l’un des piliers de la secte. Ils ont un grand intérêt à garder une Camarilla forte, bien sûr : avec leurs ennemis honnis, les Tzimisces, qui envoient les suppôts du Sabbat sur tout Tremere découvert, les Sorciers ont besoin d’alliés. Et avec le pouvoir magique conséquent qu’ils lui offrent, le Camarilla est heureuse de leur procurer le soutien dont ils ont besoin. Sous la protection de la Camarilla, les Tremeres sont libres de poursuivre les études des arcanes qu’ils aiment tant.

Faiblesses
Selon la loi du clan, tout nouveau-né Tremere doit boire le sang des sept plus anciens. Tous les Tremeres ont donc au moins une étape dans le lien du sang et, de ce fait, agissent avec loyauté envers le clan. De plus, cette disposition signifie qu’un Tremere a beaucoup de difficulté à résister à la volonté de ses anciens.



Dernière édition par Alex Carter le Mar 12 Juin - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


En ville depuis le : 27/03/2010
Gouttes de sang : 87
Contrôle de la Bête : 3407


MessageSujet: Re: IV. La Camarilla   Mar 12 Juin - 5:42


Ventrue

Les vampires du clan Ventrue ont la réputation d’être respectables, distingués et d’un goût impeccable. Depuis toujours, les Ventrues forment le clan des dirigeants, soutenant les anciennes traditions et cherchant à modeler la destinée des vampires. Quelles que soient leurs origines, les Ventrues préservent la stabilité et maintiennent l’ordre au sein de la Camarilla. Les autres vampires considèrent souvent cette attitude comme de l’arrogance ou de l’avarice, mais pour les Ventrues, leur rôle de berger est plus une charge qu’un honneur.

Les Ventrues soutiennent la Mascarade sans le moindre état d’âme, persuadés qu’elle seule peut procurer la meilleure existence possible à tous les vampires. Selon eux, les autres vampires sont bruyants et impétueux, prêt à menacer l’éternité pour un peu de vitae. Sans les Ventrues, il n’y aurait pas de Mascarade, sans Mascarade, il n’y aurait pas de vampires. Les Ventrues portent donc la charge d’Atlas sur leurs épaules. Ils s’acquittent de leur noble fardeau avec un sourire guindé et juste ce qu’il faut de noblesse.

Les Ventrues se considèrent comme des nobles, se battant pour sauvegarder la situation de ceux qui sont placés sous leur responsabilité. Ils sont les rois, les barons et les chevaliers des nuits modernes. Les jeunes Ventrues rallient et conduisent leurs troupes à l’aide de téléphones portables et de limousines, tandis que les anciens surveillent à l’horizon les tempêtes qui menacent. La réputation et la réussite peuvent amener un vampire très loin dans le clan Ventrue, mais aucune n’a d’importance s’il ne peut maintenir son influence.

Disciplines
− Protéisme
− Endurance
− Puissance
Antécédents
Autrefois, les Ventrues étaient choisis parmi les nobles, les princes marchands ou autre détenteurs du pouvoir. Aujourd’hui, le clan recrute parmi les « vieilles familles » riches, les cadres aux dents longues et les politiciens. L’âge, la sagesse et l’expérience sont très importants pour le choix de l’Étreinte, et un Sang-Bleu ne la donne jamais par caprice.
Sectes
Élégants, aristocratiques et magnanimes, les Ventrues sont les seigneurs de la Camarilla. C’est ce clan qui forme la pierre angulaire de la secte, et qui la dirigea durant les heures les plus sombres de son histoire. Même à l’époque moderne, la majorité des princes descendent du clan Ventrue. Et le clan ne permettra pas, bien sûr, qu’il en soit autrement.

Faiblesses
Le goût des Ventrues s’est affaibli au point d’être exclusif, et chaque Sang-Bleu ne peut se nourrir que du sang d’un certain type de mortel. Ce type est différent selon chaque vampire. Par exemple, un Ventrue donné ne pourra se nourrir que de vierges, d’hommes blonds, d’enfants ou de clercs. Le vampire ne pourra se nourrir d’aucun autre type de sang, même s’il meurt de soif. Les Ventrues peuvent en revanche se nourrir normalement du sang d’autres vampires.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IV. La Camarilla   

Revenir en haut Aller en bas
 

IV. La Camarilla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camarilla Grenobloise
» La Camarilla pour les nuls
» se souvenir lentement
» Age of Camarilla (rpg)
» Des gangrels, une camarilla et des départs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA MASCARADE :: La Légende :: L'univers-